Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les expériences de Tonksounette

Mes découvertes, voyages et coups de coeur... et beaucoup de Disney !

Raya et le Dernier Dragon : mon avis sur le dernier film d'animation des studios Disney

Raya et le Dernier Dragon : mon avis sur le dernier film d'animation des studios Disney

Raya et le Dernier Dragon - Disney +, 2021

Synopsis [Allocine] : Il y a de cela fort longtemps, au royaume imaginaire de Kumandra, humains et dragons vivaient en harmonie. Mais un jour, une force maléfique s’abattit sur le royaume et les dragons se sacrifièrent pour sauver l’humanité. Lorsque cette force réapparait cinq siècles plus tard, Raya, une guerrière solitaire, se met en quête du légendaire dernier dragon pour restaurer l’harmonie sur la terre de Kumandra, au sein d’un peuple désormais divisé. Commence pour elle un long voyage au cours duquel elle découvrira qu’il lui faudra bien plus qu’un dragon pour sauver le monde, et que la confiance et l’entraide seront essentiels pour conduire au succès cette périlleuse mission.

Quelle tristesse de ne pas avoir pu découvrir ce dernier Disney au cinéma, à l'instar de Soul, le dernier Pixar sorti à Noël 2020. La crise sanitaire entraînant la fermeture des cinémas pendant de longues périodes nous prive du véritable spectacle qu'est voir un film sur grand écran et Raya et le Dernier Dragon méritait plus que jamais d'être mis en valeur sur fond XXL. 

Cette déception d'être contrainte de découvrir Raya sur ma télévision m'a fait perdre l'engouement que j'avais pour le film au départ et j'ai attendu le dernier moment pour le découvrir : sa sortie officielle sur Disney + alors que les plateformes de streaming et téléchargement l'avaient mis à disposition depuis plus d'un mois. 

Après Vaiana, Les Mondes de Ralph 2.0 et La Reine des Neiges 2, Disney continue sur sa lancée moderne et rompt définitivement avec tout ce qui alimentait le cliché de l'animation Disney : le schéma du conte de fées traditionnel, le grand méchant, les conflits familiaux et même les chansons. Cette rupture n'est qu'une continuité logique en accord avec notre époque et nous ne pouvons que saluer cette direction. 

Raya et le Dernier Dragon se passe en Asie du Sud sur le royaume fictif de Kumandra qui prend la jolie forme d'un dragon, divisé en cinq territoires depuis une guerre ancestrale. Ces cinq territoires ont des noms simples et efficaces, relatifs à leur forme : Croc du dragon (la montagne), Dos du dragon (la forêt de bambous glaciale), Queue du dragon (le désert), Griffe du dragon (le marché flottant) et Coeur du dragon, coin de paradis à la végétation luxuriante où vit Raya.

Très singuliers et dépaysants, les cinq territoires n'évoquent pas clairement les pays réels d'Asie du Sud et permettent de garder la magie et l'imagination sur les rapprochements possibles avec la réalité. Car avant tout, Raya et le Dernier Dragon se veut un film magique où les dragons légendaires et l'ambiance musicale onirique sont au coeur de l'action, dans des paysages à couper le souffle.

Le film n'est pas là pour surprendre par son scénario ou faire des coups de théâtre imprévisibles. L'histoire est simple et attendue, l'effet de surprise est ailleurs et notamment dans le dépaysement et le laisser-aller qu'on ressent en plongeant dans l'univers du film. Malgré l'absence de chansons dans Raya et le Dernier Dragon (je ne prends pas en compte celle du générique), l'atmosphère musicale joue un rôle majeur et ne fait pas ressentir le manque de la comédie musicale.

Raya et le Dernier Dragon : mon avis sur le dernier film d'animation des studios Disney

Des héros modernes

Plus qu'une princesse, Raya est une guerrière à la tête d'une quête épique pour sauver son royaume. On lui trouve un caractère inspiré du personnage de Mulan mais aussi de Vaiana ou de Raiponce. On remarque l'absence de héros masculins (qui contraste avec En Avant, production Pixar de 2020 où le film est porté par deux frères), même le dragon Sisu est une femelle et le duo mère-fille de Croc du dragon représente une puissance féminine très influente.

Les personnages secondaires sont loin des clichés et du déjà-vu chez Disney. J'aime particulièrement Boun, le petit garçon de 10 ans vivant à Queue du Dragon, chef d'un restaurant flottant qui s'appelle Le Paradis de la Crevette ainsi que Noi, le bébé pickpocket de Griffe du Dragon.

On ne trouve pas dans Raya et le Dernier Dragon des personnages qui n'ont d'intérêt que leur mignonnerie pour vendre du merchandising (Pua dans Vaiana pour ne citer que lui). Le sidekick de Raya est un tatou nommé Tuk Tuk, en référence au moyen de transport traditionnel asiatique. Malgré sa taille imposante une fois adulte, il ne prend pas trop de place dans l'histoire et est plus un véhicule et allié de soutien qu'un héros à part entière.

Nous avons enfin un film Disney qui ne fait pas de référence flagrante à l'univers de La Reine des Neiges (comme dans Zootopie ou Vaiana), cependant le design du personnage de Sisu la dragonne rappelle indéniablement celui d'Elsa par sa crinière et celui de Bruni par sa couleur et sa bouille adorable. Comme Mushu, le dragon dans Mulan, Sisu a une morphologie proche du serpent et s'éloigne du cliché du cracheur de feu, c'est une créature aquatique se rapprochant du Naga dans la légende birmane. J'ai beaucoup accroché au design de Sisu, proche du poney autant que du têtard, un peu moins de sa version française (Géraldine Nakache) et de quelques dialogues maladroits mais c'est elle qui apporte l'humour et la douceur au film.

Ma grande déception est liée aux personnages des Druuns : les entités maléfiques qui transforment les êtres humains en pierre. On ne sait pas d'où ils viennent, qui ils sont ni ce qu'ils veulent vraiment, j'ai été très déçue de ces "méchants" sous-exploités et manquant cruellement de profondeur. 

Raya et le Dernier Dragon : mon avis sur le dernier film d'animation des studios Disney

Après 27 ans d'existence et environ 24 à regarder des films d'animation Disney, je suis toujours surprise de leur efficacité et l'impact qu'ils ont sur mon développement personnel. Ils nous emportent dans une aventure magique où les sentiments et personnalités sont plus que réalistes, crédibles et inspirants. Disney sait faire des films qui marchent et nous le prouve encore avec ce dernier né des studios. 

Comme toujours chez Disney on peut retenir une ou plusieurs morales et instructions de la vie ; dans Raya et le Dernier Dragon on retiendra la prise de risque, le courage et l'importance de la confiance aveugle envers nos prochains dans les situations de crise. Et je trouve que dans notre contexte sociétal actuel, ça résonne beaucoup...

Pour conclure cet article je vous dirige vers la revue de mon amie Claire sur l'ouvrage The Art of Raya, j'ai très envie de le découvrir à mon tour !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Je suis d'accord avec toi, ce film est globalement une réussite et une vraie claque visuelle. On peut être effectivement déçue de ne pas avoir de chanson mais je trouve que la bande originale colle parfaitement au film.
Et on est totalement d'accord : les dragons c'est la vie !
(merci pour le lien :) )
Répondre